.Please send a mail to e.posin@web.de or call 0179 / 1892042 (Eugen Posin)
and a copy to
archimbold@aol.com (Semion Posin)

Les frères Posin sont des maître-copistes célèbres, qui peignent des copies et d‘autres tableaux à souhait pour une clientèle partout dans le monde. Ils ont étudié la peinture à l'Academie des Beaux Arts à Leningrad. Depuis 15 ans ils travaillent dans le domaine de la copie. De differents articles dans des périodiques et des journaux aussi des réportages dans la television donnent  témoignage de leur talent.
Soit que vous désiriez un tableau de l'époque de la Renaissance ou de l'Impressionisme, du Baroque ou de l'Expressionisme - ils sont capables de faire apparaître une deuxième fois le tableau d'un temps passé.

 

http://lesyeuxcarres.hautetfort.com/tag/art :

Quand on déménage dans un pays étranger, on devrait toujours s'astreindre à regarder la télé, au moins de temps en temps, afin de se faire une idée du savoir commun, de découvrir les émissions que tout le monde connait, d'entendre une fois les noms qui font partie du paysage commun, afin de comprendre pourquoi personne ne répond au téléphone le dimanche soir (parce qu'il y a Tatort sur la une, Das Erste), ou de pénétrer enfin le sens de l'humour si spécial des Allemands...

Comme je n'avais plus la télé en France, depuis longtemps (et au fond c'est devenu très classique, on ne regarde plus la télé vu qu'on est collé en permanence à son écran d'ordi...), je n'ai donc pas repris cette habitude ici, bien mal m'en a pris. On ne s'en rend pas vraiment compte, mais la télé, c'est une source culturelle inépuisable et ô combien essentielle. Bah oui, si au bout de deux ans vous ne savez toujours pas qui est Dieter Bohlen ou Harald Schmidt, ou Maybrit Illner, ou si vous ne connaissez pas l'émission de comédie douce-amère "Neues aus der Anstalt" sur la deux (ZDF), ou si comme moi vous ne comprenez pas pourquoi tout le monde explose de rire quand vous dîtes que votre médecin généraliste s'appelle Stefan Raab, alors oui, il vous manque quelque chose...

Je dirais que le grande différence ente la télé française et la télé allemande, c'est (outre le nombre effarant d'émissions de télé-réalité chez les Allemands) leur intérêt pour les émissions de sociétés, les docus historiques, les reportages économiques et leur soif insatiable de docus sur le monde et les pays étrangers. Alors qu'on a grandi, nous, au rythme quotidien du film du soir, quasiment sur toutes les chaînes, nos voisins eux n'ont de grands films du soir qu'à des dates fixes, comme le cinéma du mercredi, ou le blockbuster du samedi. Du coup, les rares fois où la Française se colle au hasard devant l'écran vers 20h30 en se disant qu'elle trouvera bien un film, n'importe lequel, elle est un peu déçue... Entre les soirées "Toute l'info" avec débat de société et les incontournables émissions sur la vie de tous les jours où de jeunes présentateurs repassent inlassablement en revue les dernières innovations techniques pour la cuisine, le fonctionnement d'un moteur ou le principe de l'élevage bio dans les fermes certifiées, il faut le dire, la télé le soir en Allemagne, moi je trouve ça un peu chiant.

Mais, parce qu'il y a bien un mais, ce qui m'émerveille toujours, c'est le nombre (et l'heure de diffusion !) des programmes culturels ! Oui, des émissions sur la culture, tous les jours, sur plusieurs chaînes, qui parlent de littérature ! d'expositions d'art ! de festivals de poésie ! de chansons à textes ! de cinéma ou même ! oui même de bande dessinée !! Alors là, il y a de quoi se laisser surprendre. Et pas à 23h30 sur une chaîne du câble, mais sur la une, la deux ou la trois à 19h, du lundi au samedi, faisant largement concurrence à la chaîne que nous connaissons aussi, Arte, dont il me semble que l'audience ici bas soit bien plus forte que par chez nous...

Tout ça pour dire, donc, qu'hier soir, comme presque chaque soir, alors que je partageais la cuisine avec mon coloc Björn pour faire le dîner (lui, préparant son éternelle soupe vegan, c'est-à-dire sans viande, mais surtout sans beurre, sans fromage, sans oeufs et moi des pâtes, comme d'habitude), il a zappé sur le magazine culturel dont il ne louperait pas un épisode (un informaticien végétalien qui écoute des émissions littéraires à 19h ? Ca c'est un vrai choc culturel !) et il m'a permis d'entendre parler du sujet que je voulais évoquer dès le début de ce texte, à savoir l'atelier de copies des frères Posin situé dans Neukölln. Eugen, Michael et Semjon, outre le fait qu'ils sont originaires de Russie et ont tous la tête à mi-chemin entre Karl-Marx et Che Guevara (avec les cheveux et la barbe qui vont avec), réalisent depuis plusieurs décennies des copies de grands-maîtres destinées à la vente, et ont eu à plusieurs reprises l'occasion de faire des expositions de leurs oeuvres, aussi étonnantes de qualité de copie que diverses, de Léonard de Vinci à Van Gogh, en passant par Rembrandt, Raphaël, Verner ou Gauguin. Ce ne sont pas des "faux" au sens juridique du terme, puisque le copyright d'une oeuvre passe dans le domaine public 70 ans après la mort de l'artiste. Les frères Posin ne sont donc pas des faussaires, mais des copistes ! En plus du fait que leurs oeuvres sont impressionnantes, je vous conseille de jeter un oeil à la vidéo, même si vous ne parlez pas un mot d'allemand, rien que pour savourer leur look d'artistes hors du temps et pour écouter leur accent russe (rassurez-vous, moi non plus je ne comprends pas un mot quand ils parlent...).

Il n'est pas vraiment surprenant de penser que ces trois là ont appris la peinture à l'Ecole des Beaux-arts de Leningrad. Pour avoir étudié la fameuse Hochschule für Grafik und Buchkunst de Leizpig, et pour connaître personnellement un peintre russe originaire de Saint-Petersburg, je peux dire en effet que la tradition de l'ex-bloc soviétique a toujours mis l'accent sur l'apprentissage de la technicité et du savoir-faire, du métier en peinture. La réalisation technique d'une oeuvre passait souvent avant l'originalité, et on mesurait la qualité d'une oeuvre à sa valeur graphique. C'est donc sans surprise qu'on retrouve un portrait de Lenin dans la cave des frères Posin, pourtant fils d'un opposant politique exilé en Sibérie. Adaptés aux rouages du monde occidental en pratiquant une peinture de commande destinée à la commercialisation, ils n'en gardent pas moins l'héritage d'un apprentissage ancien impressionnant venu d'un monde de pensées révolu.

Leur atelier se visite les mardi, jeudi, vendredi et samedi de 18h à 21h, Wipperstrasse 20, 12055 Berlin Neukölln.

Copyright de l'image : Kunstsalon Posin

 

back